Hernie discale
CHIROPRATIQUE TRADITIONNELLE ET DÉCOMPRESSION VERTÉBRALE
3806 rue Wellington, Verdun

à 2 coins de rue du métro de l'Église


514-766-0176
Tant chiropratiques que médicales, les recherches sérieuses indiquent que le disque intervertébral est à l’origine de la plupart des maux de dos. Son anatomie et sa fonction sont complexes mais en voici tout de même un aperçu.

À l’exception des deux premières cervicales, le disque intervertébral est un coussin qui s’intercale entre chacune des vertèbres. Le corps possède donc normalement 23 disques intervertébraux. La fonction du disque intervertébral est triple :

servir d’amortisseur pour supporter les charges et les impacts
servir de ligament pour retenir les vertèbres ensemble et limiter leur mouvement
servir de pivot pour permettre la mobilité de la colonne vertébrale (flexion, rotation, etc.)

Si l’on fait exception du plateau vertébral, le disque intervertébral est constitué de deux parties:

le noyau (nucleus pulposus), au centre, un gel très dense qui supporte les charges et amortit les impacts.
l’anneau fibreux (annulus fibrosus), en périphérie, formé de 15 à 25 lamelles concentriques qui s’enroulent autour du noyau, comme un oignon. L’anneau sert surtout à maintenir le noyau en place, mais il supporte aussi une partie de la charge et s’attache solidement aux vertèbres au-dessus et au-dessous.
Pour toutes sortes de raisons (gravité, mouvements répétitifs, traumatismes, facteurs génétiques et nutritionnels, etc.) le disque peut se blesser. Un disque blessé ou vieillissant a tendance à se « dégonfler », c’est-à-dire que le noyau se déshydrate et perd sa capacité à absorber les charges. Davantage de stress est alors imposé à l’anneau fibreux et le disque peut ainsi devenir douloureux. Lorsque l’anneau ne peut plus supporter sa charge de travail les problèmes peuvent devenir beaucoup plus sérieux. Trois types de déchirures sont possibles (périphérique, circonférentielle, radiale), mais dans un but de simplification, nous ne retiendrons que la plus grave : la déchirure radiale. 

Lors d’une déchirure radiale, l’anneau fibreux se déchire du centre vers l’arrière et le noyau tente de fuir: c’est le bombement discal. Si la déchirure s’aggrave et que l’anneau cède complètement, c’est la hernie discale.

Par définition, une hernie est un organe qui sort de sa cavité normale. La hernie discale, c’est le noyau du disque qui sort du centre pour fuir vers l’arrière. Malheureusement, derrière le disque, il y a la moelle épinière et une grande quantité de nerfs. Lorsque la hernie crée une pression sur la racine nerveuse avoisinante, la douleur peut devenir intolérable. Au niveau des disques lombaires inférieurs, c’est la sciatique ; au niveau des disques du cou, les irradiations au bras peuvent devenir insoutenables.

Dans tous les cas de déchirure et de hernie discales, la pression exercée sur le disque est anormalement élevée. La technique de décompression vertébrale permet de réduire cette pression pour aider le disque à guérir et à se cicatriser. En augmentant la distance entre les vertèbres, un effet de vacuum se produit à l’intérieur du disque, et dans de nombreux cas, il est ainsi possible « d’aspirer » la hernie vers le centre et d’éliminer la douleur. 

Chaque cas est unique, mais plusieurs personnes peuvent reprendre leurs activités normales, même après avoir subi une blessure discale sévère. La décompression vertébrale n’est pas une solution miracle, mais c’est la meilleure option pour favoriser un recouvrement optimal. De plus, c’est naturel!